BOVA

À la lisière du Parc National de l'Aspromonte, Bova fait partie de la Zone grécanique de la Calabre appelée aussi Bovésia.

Histoire

Ses racines plongent dans la Grande Grèce, c'est-à-dire qu'elles remontent à la période où les colons grecs arrivèrent en Calabre et fondèrent des villes nouvelles (VIIIe et VIIe siècles av. J.C.).

Mais il est avéré que le territoire de Bova fut habité dès le Paléolithique et pendant tout le Néolithique comme en témoignent les objets en pierre travaillée retrouvés dans les fouilles.

La colline sur laquelle se dresse Bova fut habitée pour son importance stratégique par les Ausoniens, peuple italique que les colons grecs trouvèrent à leur arrivée sur les côtes de la Calabre.
Connu sous le nom grec de Vuna (bouverie), le centre ne put pas éviter d'entrer dans la zone d'influence de la puissante ville de Syracuse.

Il résista longtemps à l'expansion des Romains qui n'eurent la souveraineté complète sur le sud de la Calabre qu'après la fin de la Seconde Guerre Punique (202 av. J.C).
Il devint un municipe au Ier siècle av. J.C. en acquérant la citoyenneté romaine et devint un siège épiscopal dès le Ier siècle apr. J.C.

À la fin de l'Empire Romain Bova fut mise à sac par les Goths (410) et par les Vandales (440) qui, provenant d’Afrique et de Sicile, débarquaient sur les côtes calabraises.

Avec les Sarrasins Bova connut un destin semblable; ceux-ci, à partir du IXe siècle, l'assiégèrent plusieurs fois. En 953 il y eut un épisode terrible: beaucoup de citoyens furent tués tandis que d'autres furent déportés en Afrique comme esclaves. Mais les assiégeants eurent un sort encore plus terrible en 1075 lorsqu’ ils ne réussirent pas à s'emparer de la forteresse.
À Bova à cette époque naquit Saint Léon (XIe siècle), aujourd'hui très vénéré dans le bourg.
Après la domination des Normands (XIe siècle) et des Souabes (1194-1266) qui avaient une conception laïque du pouvoir, Bova fut inféodée par les Angevins à l'Archevêque de Reggio Calabria qui reçut le titre de Comte de Bova. Ses successeurs gouvernèrent jusqu'en 1806, année où Joseph Bonaparte abolit la féodalité.

En 1577 Bova fut frappée par la peste qui tua un grand nombre d'habitants; l'isolement qui s'ensuivit eut des conséquences néfastes sur le commerce. Au cours du même siècle on agrandit le système de défense composé de tours pour s'opposer aux fréquentes incursions des Turcs (1572).

La naissance de la République de Naples (1799) et la diffusion des idéaux républicains français virent Bova se ranger au côté des Bourbons et devenir un centre sanfédiste actif qui combattit au côté des troupes du cardinal Ruffo. Ce qui lui valut d'être assiégée et mise à sac par les Français en 1807.
Après 1815 la ville fit partie du Royaume des deux Siciles des Bourbons jusqu'à l'unification du Royaume de l'Italie (1861).

Pendant la Seconde Guerre Mondiale Bova fut bombardée par les anglo-américains et subit des dégâts importants (1943).

Visite de la ville

Le centre historique de Bova conserve des joyaux architecturaux parmi lesquels se distingue la Cathédrale de Sainte-Marie-de-l'Isodia, d'origine normande, construite sur une église byzantine précédente. À l’ intérieur une Vierge en marbre du XVIe siècle, des statues en bois et des toiles du XVIIIe siècle.

Parmi les églises à visiter, le Sanctuaire de Saint-Léo, avec une statue du Saint de 1582, l'Église Sainte-Catherine, avec une statue de la Vierge de la Visitation (1590).

On peut visiter les restes du Château situés dans une position dominante sur le bourg, qui racontent peu de leur longue histoire. De là on peut cependant jouir d'une vue panoramique immense. Contemporaine du Château, la Tour Pacopia (Xe siècle) qui faisait partie des remparts de Bova.

On ne peut pas terminer la visite de Bova sans avoir vu les palais nobiliaires construits au XVIIIe siècle par les familles riches des classes montantes.

En se promenant dans le centre historique on peut remarquer que des rues conservent un nom de dérivation grecque. Dans la ville des personnes âgées parlent encore le dialecte gréco byzantin.

À voir absolument

- Cattedrale della Madonna della Presentazione o Isodia (XI sec.)
- Chiesa di San Leo (XVIII sec.)
- Chiesa di San Rocco (fine XVI sec.)
- Chiesa di Santa Maria dell'Immacolata
- Chiesa dello Spirito Santo (1622)
- Chiesa di Santa Caterina
- Chiesa della Madonna del Carmine (metà XVII sec.)
- Resti del Castello (X secolo)
- Palazzo Nesci di Sant'Agata (XVIII sec.)
- Palazzo Mesiani-Mazzacuva (XVIII sec.)
- Torre Normanna o Parcopia (X secolo)
- Palazzo Romeo
- Palazzo Larizza
- Palazzo Condemi
- Parco Nazionale dell'Aspromonte
- Visita a Casalnuovo
- Visita ad Áfrico

Musées

- Centre des Musées de Paléontologie.

Événements

- Fête du Saint-Patron Saint-Léo le 5 mai;
- Fête de la Bienheureuse Vierge Marie de l'Assomption, Saint-Léo et Saint Roch les 15, 16 et 17 août;
- Festival Paleariza.

BOVA
ville d’art

Région de Calabre en Italie

 

Guide de la ville
description artistique

 

Villes de Calabre
Reggio Calabria
Cosenza

In Italy Today
Les guides pour l'Italie:
> les villes d'art
> liste complète
> les régions de l'Italie
Evénements et expositions
Hôtels et B&B

 


ART TRAVEL LINK - SITES WEB SELECTIONNES

  • Ton ArtTravelSite - http://www.tonsite.com
    Description du site.
  • ... demande pour insérer ton art-link ici !

 


Vuoi inserire un LINK?
Hai un HOTEL o un'altra attività legata al TURISMO IN ITALIA?

Promuovilo nella pagina della tua città dentro IN ITALY TODAY!
OFFERTE PROMOZIONALI PER I PRIMI LINK

Art Travel directory

SUGGEREZ UN SITE DE
ART/VOYAGE

 

In Italy Today aime l'art

© IN ITALY HOTELS NETWORK