ACRI

Acri est du point de vue artistique, un but de voyage fondamental en Calabre et elle s'étend sur trois collines jouissant d'une vue panoramique sur les torrents Mucone et Chàlamo aux confins du Parc National de la Sila.

Histoire

Le territoire où naquit Acri fut habité dès les débuts de l'Âge du bronze (3.500-2.800 av. J.C.), comme en témoignent les découvertes effectuées sur les flancs de la Colline Dogna.

Certains identifient la ville avec l'ancienne Pandosia, d'autres avec Acheruntia, ville fondée par les Brutiens.

Acri, qui n'avait pas oublié son passé glorieux, n'accepta pas de bon gré la domination de Rome et se rangea au côté d'Hannibal pendant la Seconde Guerre Punique, ce qui lui valut d’être assiégée par les Romains (203 av. J.C.)

Retrouvant enfin la paix à l'époque impériale, Acri connut une période d'essor économique favorisé par la politique de paix inaugurée par Auguste et poursuivie par les empereurs suivants.

Après la chute de Rome elle devint une partie du Royaume d'Odoacre (476-493) et ensuite du Royaume Ostrogoth de Théodoric (493-553). Pendant la guerre gréco gothique (535-553) Acri fut de nouveau assiégée par Totila, ses troupes la mirent à sac et la détruisirent presque complètement (542).

Les Lombards l'élevèrent au statut de gastaldato jusqu’en 896, année où elle fut conquise par les Byzantins et fut incorporée à l'Empire Romain d'Orient. Plusieurs fois assiégée, pillée et conquise par les Sarrasins, Acri dut attendre plus d'un siècle pour pour retrouver un gouvernement stable sous les Normands de Robert Guiscard qui donna la ville au comte Simone Cofone (1074).

Dans une période (le XIIe siècle) caractérisée par des luttes furieuses entre les puissants moines des abbayes voisines et les feudataires normands, Acri fut endommagée par le tremblement de terre de 1185 et c’est seulement après la prise du pouvoir par les Souabes en 1194 qu’elle recommença à prospérer grâce au commerce de la soie.

Passée, comme toute l'Italie, sous les Angevins (1268), la ville souffrit de leur mauvaise administration économique. Acri resta pourtant fidèle aux Français jusqu'en 1462 où elle fut assiégée par les Aragonais qui, étant entrés dans la ville grâce à la trahison d'un habitant d'Acri, se livrèrent aux dévastations, au pillage et à la tuerie, incendièrent même l'Église de Sainte-Marie-Majeure qui avait accueillit les femmes et les enfants. Le commandant Nicolò Clancioffo fut scié vif sur la place publique.

L'histoire se répéta trente ans plus tard mais les rôles des acteurs s'intervertirent: les Aragonais furent assiégés par les Français (1496) de Charles VIII qui détruisirent le château et scièrent vifs les seigneurs d'Acri.

En 1799 elle participa aux révoltes républicaines et le paya en étant assiégée et détruite par les troupes sanfédistes, sept ans plus tard (1806).

Le sentiment libéral ne diminua pas et Acri participa activement aux révoltes de la Charbonnerie (1820-21), à celles du Risorgimento (1848) et à celles de l'Unité (1860).

Acri donna naissance au Bienheureux Angelo (1669-1738) et au poète Vincenzo Padula (1819-93).

Visite de la ville

Les richesses artistiques d'Acri à voir absolument sont nombreuses. On peut commencer par ses splendides églises qui, tout en ayant été marquées par les tremblements de terre fréquents au cours des siècles, ont préservé toute leur valeur historique et architecturale.
À ne pas manquer : la visite de l'Église de Sainte-Marie-Majeure, remaniée au XVIIIe siècle, qui renferme un crucifix en bois sculpté du XIVe siècle.
Les églises Saint-François-de-Paule et Notre-Dame-de la Désaltération sont aussi remarquables.
D'autres œuvres se trouvent dans le Couvent des Capucins et dans l'Église médiévale Notre-Dame-de-l'Annonciation.
Acri conserve en outre les ruines du Château et est embellie par des palais nobiliaires, comme les Palais Sanseverino et Ferraudo aujourd'hui sièges de musées.

À voir absolument

- Chiesa di S. Maria Maggiore
- Chiesa dell'Annunziata (1269)
- Chiesa di San Nicola Ante Castillum o San Nicola di Mjra (XI sec.)
- Resti del Castello
- Chiesa della Madonna del Rinfresco (1521)
- Chiesa ed il convento di San Francesco di Paola ('500)
- Basilica del Beato Angelo d'Acri
- Chiesa di Santa Chiara (1724)
- Chiesa e Convento di San Domenico (1524)
- Chiesa e Convento dei Cappuccini (1590)
- Chiesa di S. Francesco di Paola ('500)
- Chiesa di S. Nicola
- Chiesa di S. Caterina
- Palazzo Sanseverino (XVII sec.)
- Palazzo De Simone-Julia
- Palazzo Julia (XV sec.)
- Palazzo Padula
- Palazzo Astorino Giannone
- Palazzo Spezzano
- Palazzo Civitate
- Serra Crista di Acri
- Visita di San Demetrio Corone
- Abbazia di Sambucina
- Lago di Cecíta
- Parco Nazionale della Sila

Musées

- Museo d'Arte Contemporanea, Palazzo Sanseverino
- Museo Beato Angelo, Convento del Beato Angelo
- Museo della Civiltà Contadina, Palazzo Ferraudo

Événements

- Fête du Saucisson et des Boulettes au mois de février;
- Fête de la Saint-Joseph le 19 mars;
- Fête des Châtaignes au mois d'octobre;
- Fête du Bienheureux Ange à la fin d'octobre.

ACRI
ville d’art

Région de Calabre en Italie

 

Guide de la ville
description artistique

 

Villes de Calabre
Reggio Calabria
Cosenza

In Italy Today
Les guides pour l'Italie:
> les villes d'art
> liste complète
> les régions de l'Italie
Evénements et expositions
Hôtels et B&B

 


ART TRAVEL LINK - SITES WEB SELECTIONNES

  • Ton ArtTravelSite - http://www.tonsite.com
    Description du site.
  • ... demande pour insérer ton art-link ici !

 


Vuoi inserire un LINK?
Hai un HOTEL o un'altra attività legata al TURISMO IN ITALIA?

Promuovilo nella pagina della tua città dentro IN ITALY TODAY!
OFFERTE PROMOZIONALI PER I PRIMI LINK

Art Travel directory

SUGGEREZ UN SITE DE
ART/VOYAGE

 

In Italy Today aime l'art

© IN ITALY HOTELS NETWORK